Rechercher
  • école de la liberté

Une école spéciale

Cette école spéciale est faite pour les enfants spéciaux !!! Certainement que chaque parent considère leur enfant comme un être spécial avec des capacités propres.

L’école de la liberté se donne les moyens d’accueillir les enfants spéciaux ou particuliers, ceux qui ont besoin de quelque chose qui jusqu’à présent n’ont pas encore trouvé.

La méthode mis en place par l’école de la liberté se décrit en différents points :


- La Liberté


La liberté dans le choix des apprentissages. Comprendre que tout apprentissage voulu par l’enfant lui est bénéfique en les mettant tous sur un même point d’égalité. Mais aussi la liberté de s’exprimer dans un langage respectueux. L’enfant sait, lorsqu’il rentre à l’école que ses idées et ses prises de parole ont autant de valeur que celles des adultes. La Liberté d’action également, l’enfant peut mettre en place des actions et solliciter l’aide des adultes pour mener à bien ses projets.

Voici un plan d’action :

1. L’enfant a une idée

2. Il en discute en conseil d’école où elle est votée

3. Il crée un groupe de travail sur son projet avec des adultes si besoin

4. Il concrétise son idée

Mais encore la liberté de circulation. Les enfants peuvent circuler comme ils le souhaitent dans l’établissement tout en respectant les lieux, et les autres.


- La passion


L’école laisse place à la naissance d’une passion. La passion est un sentiment important qui

nous aide à « soulever des montagnes ». Lorsque l’on est passionné par quelque chose, plus rien ne nous arrête, on a l’impression d’être invincible. La passion nous apporte une grande confiance en soi, un sentiment de bien être et une force intérieure puissante. Ainsi, permettre à l’enfant de s’adonner pleinement à sa passion c’est lui permettre de se connaître. Il développera également une certaine rigueur car la passion réclame beaucoup d’effort et d’assiduité. Daniel Greenberg, dans son livre « L’école de la Liberté » expliquait qu’un jeune garçon jouait de la trompette 8h par jour pendant plusieurs années. Quelques temps plus tard, il était soliste dans un grand orchestre. Sans une telle ténacité, ce jeune homme n’aurait peut-être pas réussi aussi brillamment.

Il n’y a que les grandes passions qui puissent élever l’âme aux grandes choses […]. Denis Diderot


- La patience


A l’école de la liberté, il n’y a pas de temps particulier à respecter, l’enfant apprend à son rythme. Certains mettront 2 semaines pour apprendre à lire tandis que d’autres mettrons 2 ans. L’important ici est plus les moyens mis en œuvre pour apprendre plutôt que l’apprentissage à proprement parler. L’enfant qui apprend de lui-même mets en place une méthode unique qu’il a élaborée en fonction de ses échecs et de ses réussites. Cette méthode, il pourrait la mettre en pratique à chaque nouvel apprentissage. Ainsi, c’est l’enfant qui crée sa méthode d’apprentissage. En effet, il existe autant de méthodes qu’il y a d’enfants.


- La compréhension


L’école de la Liberté n’a pas pour but d’inciter les enfants à apprendre des choses qui n’aiment pas et qui les ennuis. C’est une perte de temps que de vouloir absolument faire apprendre des connaissances aux enfants alors que ceux-ci n’en comprennent pas l’intérêt. Le principe de l’école est en revanche de donner de l’intérêt aux différents apprentissages à travers des envies, des projets mis en place par les enfants eux-mêmes et absolument pas imposé.


- La confiance


L’école de la Liberté fait entièrement confiance aux enfants et à leurs choix d’apprentissages. Elle sait que chaque apprentissage fondamental viendra quand l’enfant en ressentira le besoin. Elle sait aussi que l’enfant ne perd pas son temps dans cette école, occupait de la manière dont il le souhaite, il n’a pas besoin d’attendre bien assis, dans le calme que les autres aient fini leur travail. Pour s’insérer dans le monde, l’enfant à besoin d’acquérir certaines connaissances nécessaires. A partir du moment où cette connaissance devient nécessaire, il parviendra à l’apprendre sans grande difficulté car il saura pourquoi il doit apprendre. Par exemple, lorsqu’un bébé n’arrive pas à se faire comprendre, il se met à parler. Lorsqu’il veut avancer plus vite, il se met à marcher, parce qu’il a compris que ces apprentissages étaient nécessaires pour lui !

27 vues

0649664086

©2019 by Cécile CARPENTIER. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now